A la une :

«Hoo», quand les chimpanzés parlent à voix basse

ChimpanzesLe 18 juin 2018. Des chercheurs ont observé une variation de la vocalisation «hoo» chez les chimpanzés en fonction du contexte, démontrant une intentionnalité qui reflète leur état d’esprit. Le chimpanzé possède une quinzaine de cris différents, tous servant une cause particulière. Parmi ces cris, la vocalisation «hoo» se caractérise par un son faible et aigu, utilisé dans trois contextes principaux : le voyage, le repos et l’alerte. Des chercheurs de l’Université de Genève (UNIGE), de Neuchâtel (UniNE) et de l’Institut Max Planck d’Anthropologie Evolutionnaire de Leipzig se sont demandés si cette vocalisation variait selon le contexte dans laquelle elle était exprimée. Ils ont découvert qu’en effet, chaque «hoo» se prononce différemment en fonction du contexte dans lequel se trouve le chimpanzé, démontrant qu’il souhaite transmettre une information précise à ses congénères se trouvant à proximité. Ces résultats sont à lire dans la revue Royal Society Open Science. Lire la suite

  • 12juin2018_nouvelle_directrice_u3a_Laure-chappuis-sandoz185.jpg

    Une nouvelle directrice pour l’Université du troisième âge

    Le 12 juin. Professeure titulaire de latin à l’Université de Neuchâtel, Laure Chappuis Sandoz vient d’être nommée à la direction de l’Université du troisième âge (U3a). Connue en Suisse romande pour sa plume aussi précise que délicate - elle a écrit trois romans à la prose intimiste -, la Chaux-de-Fonnière d’adoption remplacera le professeur Philippe Terrier le 1er août 2018 à la tête de l’institution.

  • 29mai2018_lasers185.jpg

    Lasers ultra-rapides: de nouveaux outils pour sonder la matière

    Le 29 mai. Un nouveau laser ultra-rapide mis au point au Laboratoire temps-fréquence de l’Université de Neuchâtel ouvre de belles perspectives pour sonder la matière, notamment pour l’analyse de phénomènes dynamiques dans les liquides, ou pour les scanners des portiques de sécurité. Deux fois plus puissant que les dispositifs analogues existants, le laser ultra-rapide neuchâtelois a été réalisé par Clément Paradis dans le cadre de sa thèse de doctorat qu’il vient de soutenir, entreprise sous la direction du professeur Thomas Südmeyer.