Ethique

Dans sa Charte, l'Université de Neuchâtel s'engage à promouvoir l'honnêteté intellectuelle ainsi qu'à défendre l'éthique scientifique et la responsabilité sociale.

Les recherches sur le traitement de maladies et le fonctionnement du corps humain sont encadrées par une loi fédérale entrée en vigueur en 2014. Les chercheurs doivent obligatoirement obtenir l’aval d’une commission d’éthique cantonale avant de procéder. C’est la commission vaudoise qui est compétente pour les projets menés à l’UniNE.

Une évaluation éthique peut aussi être nécessaire dans le cas de projets qui sortent du cadre défini par la loi fédérale. Par exemple des recherches en psychologie ou pédagogie sur le comportement humain. La commission interne d'éthique de l'UniNE peut alors être sollicitée pour orienter les chercheurs ou rendre une expertise. Elle est présidée par le professeur Dominique Sprumont et composée de deux représentants par facultés ainsi que d’un membre externe.

Intégrité scientifique

La promotion de l'intégrité scientifique est encadrée par un règlement qui se décline en quatre volets :

  • La définition de la notion d’intégrité scientifique, y compris une liste non exhaustive de comportements qui sont à sanctionner. Ces comportements vont du manque de rigueur dans les citations jusqu’à la falsification de données scientifiques en passant par l'appropriation des idées d'autrui (plagiat) ou l’oubli de mentionner des conflits d’intérêts.
  • La mise en place de mesures de prévention, en particulier par des actions de communication et la formation.
  • L’établissement des procédures en cas de soupçon de manquement à l’intégrité scientifique, de manière à clarifier les rôles des différentes instances et personnes concernées : commission spécialisée, Rectorat, décanats, personnes mises en cause, victimes éventuelles, etc.
  • Une liste de sanctions qui peuvent être prises par les autorités universitaires compétentes en plus des éventuelles sanctions déjà prévues par la loi.

Une commission est chargé d’instruire les cas où une investigation approfondie est nécessaire. Elle est composée de quatre membres du corps professoral (un par faculté), un membre du corps intermédiaire et un membre du corps estudiantin, sous la présidence externe de Jean Guinand, professeur honoraire et ancien conseiller d’Etat, ainsi que la vice-présidence externe de Philippe Robert, directeur du Lycée Denis-de-Rougemont.