Leçon inaugurale

L’idiotie de la littérature médiévale

Professeur Alain Corbellari, faculté des lettres et sciences humaines

Mercredi 13 mars 2013 à 18h15, Aula du 1er-Mars 26

Il a fallu attendre le XXe siècle pour que la littérature du Moyen Âge (et pas seulement le pittoresque qui va avec) soit prise au sérieux par la critique universitaire. Et encore : des réticences subsistent ici et là, moins dues, aujourd’hui, à l’ignorance qu’à l’idée que le Moyen Âge n’aurait rien pu produire qui atteignît à l’universel. Or, de même que Charles-Albert Cingria trouvait « urgent » que la « monotonie » de la lyrique occitane, reconnue « même par les insectes romanistes », soit considérée comme son meilleur atout, on aimerait proposer l’idée que l’« idiotie » présumée d’un art littéraire non encore soumis aux diktats du classicisme soit précisément la meilleure porte d’entrée dans cette littérature, étant entendu que ladite « idiotie » n’est peut-être que le reflet, comme dirait Clément Rosset, de ses irréductibles « idiotismes »...

Alain Corbellari

 

Professeur extraordinaire en en langue et littérature françaises du Moyen Âge

Professeur extraordinaire

Professeur associé à l’Université de Lausanne

Membre du Groupe de recherche sur l’histoire de la philologie romane du Collège de France

Docteur ès lettres de l’Université Paris IV-Sorbonne

Licencié ès lettres de l’Université de Neuchâtel

 

Domaines de recherche

Littérature française des XIIe et XIIIe siècles

Histoire de la philologie et des études médiévales

Réception du Moyen Âge dans la culture moderne

Rapports entre la poésie et la musique.

 

A télécharger

Leçon inaugurale, Alain Corbellari (697.58 KB)