Docteurs honoris causa

M. Roger Chartier

Roger Chartier est professeur au Collège de France. Chercheur internationalement reconnu et traduit en plusieurs langues, il a publié plusieurs études sur l’histoire du livre, sur l’histoire de la lecture sous l’Ancien Régime. Il a su nouer un dialogue exceptionnellement fécond entre sa discipline et la sociologie, les études littéraires, l’histoire intellectuelle et même, par sa contribution à l’Histoire de la vie privée, l’étude de la culture matérielle des siècles passés. Sa leçon inaugurale au Collège de France, au très beau titre (Ecouter les morts avec les yeux ), décrit à merveille les conséquences de sa recherche dans le domaine cognitif. A l’ère où internet transforme radicalement les pratiques de lecture et de connaissance, de tels travaux nous permettent de prendre un recul salutaire face à un phénomène d’une si grande ampleur, et dont nous ne connaissons pas encore toutes les conséquences. Les travaux de Roger Chartier sur Cervantès et Shakespeare attestent une culture européenne. Il est l’un des spécialistes les plus éminents de la littérature des Lumières, et de la circulation du livre au XVIIIe siècle. A ce titre, il a amplement contribué à faire connaître une discipline relativement récente mais en plein développement ; ses travaux ont fait de ce champ d’études un domaine majeur des sciences historiques.
L’université de Neuchâtel abrite la plus ancienne bibliothèque protestante de Suisse romande (1540), très riche dans le domaine des XVIème au XVIIIème siècle ; la ville de Neuchâtel conserve les archives de la Société Typographique, une imprimerie active à Neuchâtel à la fin du XVIIIème siècle. Par ses travaux sur l’histoire du livre, Roger Chartier marque que Neuchâtel détient des atouts majeurs pour l’étude de la culture du livre à l’époque des Lumières en Europe. 
 

M. François L'Eplattenier

François L'Eplattenier est docteur ès sciences de l’ETH de Zürich. Il a mené de front des activités au plus haut niveau tant aux plans scientifique qu’industriel, animé par un esprit pionnier et un sens des responsabilités hors du commun. Chercheur dans l’industrie chimique, ses découvertes ont été documentées dans des publications de haut impact et de très nombreux brevets ont été déposés à son nom, démontrant l’importance industrielle de ses recherches dans des domaines comme les colorants, les nouveaux matériaux, l’analytique et la médecine. Son expertise unique et ses qualités humaines ont été reconnues très tôt. En 1969, il commence sa carrière en tant que chercheur chez Geigy et se verra attribuer la responsabilité de l’unité de recherche centrale de Ciba-Geigy, puis de toutes les unités « recherche et développement » de l’entreprise au niveau mondial. François L’Eplattenier a su initier et diriger de nombreuses lignes de recherches qui ont mené à des résultats remarquables. Dès son doctorat en chimie, son intérêt se dirige vers la chimie organométallique et la chimie de coordination. Ses travaux sur les complexes du fer et leurs applications dans le traitement de la thalassémie (une forme d’anémie sévère) ont mené, par un long processus qu'il a soutenu et accompagné, à la commercialisation d’un médicament améliorant considérablement la vie des patients atteints de cette maladie.
Loin de se cantonner au monde industriel, François L’Eplattenier s’est engagé pour le développement de la place scientifique suisse de manière exemplaire. Ainsi, outre un enseignement durant de nombreuses années à l’Institut de chimie de l’Université de Neuchâtel, il a été membre du Conseil National de la recherche, du Conseil des Ecoles polytechniques fédérales et du Conseil de l’Université de Neuchâtel. Il a également assumé pendant une dizaine d’année la présidence du conseil du CSEM, le Centre Suisse d’Électronique et de Microtechnique, à Neuchâtel. 
 

M. Herbert H. Clark

Herbert H. Clark est professeur de Psychologie à Stanford University. Il a contribué de façon fondamentale à la recherche dans les domaines de la psychologie du langage et de la communication. Plusieurs de ses ouvrages sont devenus des références importantes, p.ex. Psychology and Language (avec Eve Clark) en 1977 ou Using Language en 1996. Ses travaux portent sur les processus cognitifs et sociaux dans l’utilisation du langage, sur les processus d’interaction dans la conversation, et sur la signification et l’utilisation des mots. Il a effectué des contributions fondamentales dans le domaine de la psycholinguistique, mais ses travaux ont connu un impact important au-delà des frontières de cette discipline, dans des domaines voisins comme la psychologie sociale, la linguistique, les sciences cognitives, l’informatique ou encore les sciences organisationnelles. Herbert H. Clark a été honoré de nombreuses fois par des associations scientifiques prestigieuses comme l’American Academy of Arts and Sciences, le Royal Dutch Academy of Arts and Sciences, l’American Psychological Association ou le Cognitive Science Society. Son parcours est particulièrement remarquable dans le sens où il a mené très tôt dans sa carrière de nombreux travaux en psycholinguistique expérimentale qui ont contribué à former cette discipline dans sa forme moderne.
Herbert H. Clark entretient une relation étroite avec l’Institut de Psychologie du Travail et des Organisations de l’UniNE depuis plusieurs années. Cette relation est marquée par des collaborations scientifiques ainsi que par sa participation à des enseignements et conférences et à des jurys de thèse.