Olivier Schwarz

« Savoir se mettre à la place du consommateur »

Olivier Schwarz, eBusiness Manager à Bienne

En 2008, Olivier Schwarz a obtenu un Master en développement international des affaires à l’Université de Neuchâtel. Il travaille aujourd’hui comme « eBusiness Manager », soit responsable de vente sur Internet, au Département marketing de Victorinox, division horlogère.

En quoi consiste votre travail ?

Mon activité principale, c’est de gérer toutes les activités en ligne de la division montres de Victorinox et de participer à leur développement. Je m’occupe également de la croissance de la communauté sur les réseaux sociaux tel que Facebook et Twitter. Et j’assiste l’équipe marketing en ce qui concerne la promotion online : par exemple, les campagnes à travers la publicité Google, ou la préparation de jeux, de concours en ligne. Victorinox est une entreprise globale, mais avec un rythme de start-up ! Jusqu’à 2009, elle n’avait pas de site Internet globalisé. Numériquement, elle est donc très jeune ! La dimension internationale de Victorinox fait que je dois régulièrement organiser des conférences téléphoniques entre la Suisse, les USA, l’Inde, pour des questions touchant notamment àl’architecture du site Internet. J’ai aussi participé à Baselworld, où j’assistais les équipes de ventes. Dans le cadre de ce rendez-vous international de l’horlogerie, j’animais les réseaux sociaux.

Comment avez-vous choisi vos études ?

Par amitié ! En fait, j’ai commencé en économie politique avec des copains. Puis j’ai voulu m’orienter davantage vers le marketing. J’habitais La Chaux-de-Fonds et, honnêtement, je rêvais à une grande université internationale. Finalement, j’ai choisi celle de Neuchâtel pour sa proximité. Sans regrets : l’UniNE a une dimension internationale, et elle s’est finalement révélée assez grande pour proposer une formation de qualité et suffisamment petite pour qu’on puisse se permettre d’aller discuter avec un professeur après les cours. Et puis la camaraderie y est réelle : l’esprit de solidarité est plus fort que l’esprit de compétition.

Des souvenirs particuliers ?

La taille humaine de l’UniNE et le fait qu’on peut développer des activités bénévoles dans le cadre d’associations universitaires. J’ai fait partie de l’Association de la Fête de l’Uni (un grand souvenir !) et de la Société Zofingue. Et je dois citer le bar « Le Galop », où je me rendais souvent après les cours ! L’UniNE reste d’ailleurs présente dans ma vie actuelle : j’ai récemment été élu au comité de la SAN (Société académique neuchâteloise).

Quels étaient les points forts de votre cursus ?

Les professeurs, qui, en sciences économiques, viennent d’un peu partout, d’où une vraie dimension internationale. Et j’évoquerais volontiers un séminaire qui m’a beaucoup apporté, un séminaire vécu dans le cadre du bachelor : organisé à Evolène, en Valais, il combinait travail et plaisir, sciences éco le matin, ski l’après-midi, un grand moment !

Et les points forts spécifiques au master ?

A nouveau, le côté international, avec des personnes venues de différents horizons et qui ont eu des expériences différentes. Certains étudiants avaient par exemple déjà travaillé pendant cinq ans, ils avaient un autre vécu que le mien, c’était intéressant de les côtoyer. Le fait que la formation ait été en anglais a également beaucoup compté pour moi. Enfin, c’est au cours de mes études que j’ai vraiment appris et intégré l’approche marketing. C’est-à-dire savoir se mettre à la place du consommateur, mais aussi savoir étudier les chiffres et les interpréter, ce qui permet d’acquérir un point de vue objectif par rapport à quelque chose qu’on croit connaître. Les outils statistiques permettent notamment de confirmer ou d’infirmer une intuition. La camaraderie, déjà évidente lors du bachelor, a continué de se développer dans le cadre du master. A Neuchâtel, on a la possibilité de se créer un réseau incroyable, qui aide énormément. Un réseau qui permet de prendre des « raccourcis » ! Aujourd’hui, ce sont 50% de mes anciens camarades de classe - et amis - qui travaillent pour une marque horlogère !

Quel est votre conseil pour un futur étudiant ?

Profitez aussi des à-côtés que l’UniNE vous offre : les infrastructures de sports, les associations, la possibilité de participer à plein d’activités ! Les étudiants qui restent uniquement spectateurs n’arrivent pas à retirer l’essence même de l’Université !

 

Interview UniNE 2012

Découvrez d'autres parcours

Giovanni Foletti

Archéologue

Milena Boulianne

Assistante sociale

Marion Cattin

Brand Heritage Assistant

Vicente Anzellini

Géographe

Pauline de Montmollin,

Gestionnaire culturelle

Laura Sánchez Serrano,

muséologue

Anaïs Girard,

chargée de production

Erica di Nicola,

aménagiste du territoire

Stefano Anelli,

archiviste

Julienne Farine,

journaliste

Marlène Mauris,

chargée de communication culturelle

Jenny Leuba,

collaboratrice scientifique mobilité

Stéphane Donnet
Software Engineer

Alexandre Moser
Doctorant en médecine, médecin-assistant

Gregory Roth

Mathématicien

Julien Pourtet

Informaticien

Romain Bouteloup, botaniste

Noémie Linsig,

ethnobiologiste

Robin Dufour,

hydrogéologue

Noémie Lamon,

chercheuse en biologie

Jérôme Gremaud,

biologiste indépendant

Nicolas Feuz

Nicolas Feuz

Procureur du canton de Neuchâtel et écrivain

Yasemin Hazinedar

avocate-stagiaire chez Reymond & Associés

Laurent Sigismondi

General Counsel

Simon Geinoz

Conseiller juridique

Nesa Zimmermann

juriste

Elsa Studer,

juriste

David Freymond,

avocat

Lise Tissot,

avocate

Serge Maillard

Journaliste, Responsable éditorial et codirecteur d’Europa Star, Genève

Johan Barbezat

Equity Derivatives Trader, Credit Suisse

Daniel De Marco

Responsable technique de l’information

Loïs Siggen Lopez

Journaliste

Katia Iglesias

Statisticienne

Eric Chevalley, psychologue chargé de recherche à la NASA

Joachim Marti,

spécialiste en économie de la santé

Julien Schiess,

gestionnaire de droits sportifs

Olivier Schwarz,

eBusiness Manager

Julien Rouèche,

analyste en fonds de placement