Florence Aubry Girardin

IMG_2269.jpg

Après des études de droit à Neuchâtel suivies d'un brevet d'avocat à Genève, Mme Florence Aubry Girardin a obtenu son doctorat en 1995 à l'Université de Genève, tout en y assurant une charge d'enseignement. Engagée comme greffière au Tribunal fédéral, elle a présidé la Commission fédérale de recours en matière d'assurance-accidents de 1996 à 2006, puis est devenue juge au Tribunal administratif fédéral. En 2008, elle a été élue juge au Tribunal fédéral, à la deuxième Cour de droit public. Spécialiste du droit du travail, Mme Florence Aubry Girardin collabore étroitement avec le Centre d'étude des relations du travail de l'Université de Neuchâtel (CERT). Auteure de nombreuses publications sur des thèmes de sécurité sociale, égalité, droit des migrations, droit pénal, droit public économique ou droit fiscal ainsi que sur la procédure fédérale, elle est également membre du jury de la Swiss Moot Court, vice-présidente du Comité de la Fondation Walther Hug et membre du Conseil de l'Institut suisse de droit comparé.

Laudatio de Mme Florence Aubry Girardin, Dr h. c. Dies Academicus 2016

Pour rédiger une laudatio, nous guettons un signe venant des filles de Mnémosyne. Nous interpellons Polymnie. Mais, parfois, contre toute attente, c’est Fortuna qui, le temps d’un regard, nous oriente vers ces coïncidences si révélatrices du travail et de l’engagement d’une personne. Je me demande si ce n’est pas ce qui m’est arrivé lorsque j’ai fait le lien entre la dernière publication et la dernière conférence de Mme la Juge fédérale Florence Aubry Girardin, en 2016, et dont voici le titre : Les problèmes qui se posent aux juges lors de l'application de la loi fédérale sur l’égalité entre femmes et hommes.

Je pense que nous pouvons trouver dans cet intitulé l’essentiel de ce qui nous vaut la présence de Mme Florence Aubry Girardin parmi nous, aujourd’hui.

D’abord, Mme Florence Aubry Girardin est une Juge fédérale. Et quel parcours pour devenir ce qu’elle est aujourd’hui : Juge à la Cour suprême de notre pays ! En effet, née le 10 mai 1964, originaire du Noirmont et du Bémont (JU), mariée et mère deux enfants (aujourd’hui majeurs), Mme Florence Aubry Girardin a accompli, de 1983 à 1987, ses études de droit au sein de notre Alma mater. Après son brevet d’avocate à Genève, son diplôme d’études supérieures, son doctorat et une année d’activité en qualité de chargée d’enseignement, à l’Université de Genève, elle a travaillé pendant un peu plus de dix années comme Greffière au Tribunal fédéral. En parallèle à ce travail, elle était Présidente de la Commission fédérale de recours en matière d'assurance-accidents (de 1996 à 2006), Juge auprès de la Commission de recours du Tribunal fédéral (2002-2005) et Juge au Tribunal neutre du canton de Vaud (2005-2006). C’est en 2007 qu’elle a été élue, d’abord comme Juge au Tribunal administratif fédéral puis couronnement suprême, le 3 octobre 2007, en qualité de Juge au Tribunal fédéral. Voilà pour la Juge fédérale.

Ensuite, Mme Aubry Girardin est une Juge fédérale qui s’interroge sur des problèmes de son temps. Et on sait (ô) combien sa contribution va au-delà de cette question si essentielle de l’égalité entre femmes et hommes. De mémoire de juriste, on n'a jamais vu une personne qui se meut avec une telle aisance et élégance dans les différents territoires du droit : la procédure, le droit social, le droit pénal, le droit fiscal ou encore le droit de la concurrence et celui des marchés publics. A bien des égards, l’approche globale et rigoureuse du droit de Mme Florence Aubry Girardin lui vaut l’admiration de tous.

En troisième lieu, le titre de la publication et conférence évoqué plus haut révèle une autre dimension de la personne que nous honorons aujourd’hui : Mme Aubry Girardin, non seulement dit le droit comme Juge fédérale, mais elle publie et donne des conférences, en Suisse et à l’étranger. Elle entretient des liens étroits avec notre faculté. Elle a participé à une rencontre organisée par l’Association neuchâteloise des étudiants en droit ou encore à des colloques organisés par nos professeurs, en droit des personnes étrangères et en droit de l’égalité entre femmes et hommes. Par ses publications et conférences, Mme Florence Aubry Girardin se met au service de la société civile. Elle se fait proche des gens. Et Dieu sait si, de nos jours, cette proximité contribue, de façon décisive, à préserver la confiance que les uns et les autres ont à l’égard de nos institutions.

Mme Florence Aubry Girardin, c’est pour moi un privilège et un grand honneur de participer à cette cérémonie du dies academicus lors de laquelle vous recevrez le doctorat honoris causa que l’Université de Neuchâtel a le plaisir de vous remettre.

Je tiens à vous exprimer toute notre reconnaissance pour les liens que vous avez su si admirablement tisser entre le travail judiciaire, la réflexion doctrinale et la pratique du droit, ainsi que pour votre engagement exemplaire en faveur du partage du savoir.

J’ai cherché dans la mythologie pour savoir s’il existe une déesse du lien. Je n’ai rien trouvé. Mais peu importe. Vous êtes là. Vous incarnez le travail du lien. Et cela me suffit amplement.

Merci de la personne vous êtes et de ce que vous faites.

Prof. Minh Son Nguyen, assesseur du Décanat de la Faculté de droit

Neuchâtel, le 29 octobre 2016