Assistant post-doctorant

L’assistant post-doctorant est un collaborateur titulaire d’un doctorat au moment du dépôt de sa candidature. Il doit en principe bénéficier d’un titre ou d’une expérience académique de recherche acquis dans une autre université ou dans un autre Institut de recherche.

L’assistant post-doctorant est en principe âgé de 36 ans au plus au moment de son engagement (sauf exceptions liées au parcours professionnel, académique ou familial) et doit s’engager à réaliser un projet de recherche qu’il présentera au moment de son engagement.

Les assistants post-doctorants sont formellement nommés par le recteur, sur proposition du professeur responsable et après approbation du doyen. Ils ont un statut de droit public, pour autant que leur rémunération ne soit pas financée à plus de 50% par des fonds privés (dans un tel cas, le statut est celui de collaborateur scientifique). Ils sont engagés en principe pour une durée d’une année, renouvelable, au maximum pour trois ans.

Chaque assistant post-doctorant est subordonné à un professeur responsable. Les assistants contribuent aux activités d'enseignement, de recherche et à l'exécution des tâches administratives ou techniques.

Il est engagé à un taux d’activité minimal de 75%, sauf dérogation exceptionnel du recteur, et il consacre au moins 50% de son temps à ses activités de recherche. Il doit assurer deux heures d’enseignement par semaine et peut en assurer trois s’il est engagé à temps complet. Chaque année, l’assistant post-doctorant soumet un rapport d’avancement de son projet de recherche au professeur responsable pour que son contrat soit renouvelé. Le professeur responsable doit veiller à ce que la répartition du travail permette à l’assistant de disposer de suffisamment de temps pour réaliser sont travail de recherche, et ce de manière continue sur l’année en principe.

Les assistants post-doctorants ont droit à six semaines de vacances par année et doivent en principe être prises dans l’année.

La rémunération est fixée par le Conseil d’Etat.