Assistant doctorant

L’assistant doctorant est un collaborateur titulaire d’une licence ou d’un master qui s’est engagé à réaliser une thèse de doctorat. Pour devenir assistant doctorant, il faut en principe être âgé de 30 ans maximum. Des dérogations sont toutefois possibles en présence de certains critères, avec l’autorisation du recteur.

Les assistants doctorants sont formellement nommés par le recteur, sur proposition du professeur responsable et après approbation du doyen. Ils ont un statut de droit public, pour autant que leur rémunération ne soit pas financée à plus de 50% par des fonds privés (dans un tel cas, le statut est celui de collaborateur scientifique). Ils sont engagés en principe pour une durée d’une année, renouvelable, pour quatre en règle générale, voire cinq ans sur demande du professeur responsable au rectorat, avec l’assurance que la thèse pourra être terminée dans l’année supplémentaire.

Chaque assistant doctorant est subordonné à un professeur responsable qui est, dans la mesure du possible, le directeur ou le co-directeur de thèse. Les assistants contribuent aux activités d'enseignement, de recherche et à l'exécution des tâches administratives ou techniques.

Chaque assistant doctorant a l’obligation de s’immatriculer comme doctorant à l'Université de Neuchâtel. Il est possible d’être immatriculé dans une autre université, avec l’autorisation du recteur, en présence d’une collaboration interuniversitaire par exemple. Chaque année, pour que son engagement soit renouvelé, il doit soumettre un rapport d’avancement de thèse à son professeur responsable.

Le taux d’activité minimal est de 50% et la moitié du temps au maximum est consacré au soutien de son professeur, soir à l’enseignement et aux travaux administratifs et techniques (cette dernière catégorie ne pouvant dépasser 20% de l’engagement). Le professeur responsable doit veiller à ce que la répartition du travail permette à l’assistant de disposer de suffisamment de temps pour rédiger sa thèse, et ce de manière continue sur l’année en principe. Il doit par ailleurs offrir, en commun avec le directeur de thèse, un encadrement suffisant pour permettre la rédaction de la thèse.

Les assistants ont droit à six semaines de vacances par année qui doivent en principe être prises dans l’année.

La rémunération est fixée par le Conseil d’Etat.